[Heisei#81] La colère d’Amaterasu aux gorges de Takachiho

Takachiho

Le cœur du Kyushu abrite un petit bijou naturel et mythologique : les gorges de Takachiho. Le lieu n’est pas seulement beau grâce à ses gorges contrastées, il est aussi sacré dans le shintoïsme, avec des légendes qui remontent à la création de l’archipel japonais. À commencer par celle d’Amaterasu, la déesse de la lumière, qui se serait réfugiée dans une grotte du secteur à la suite d’un différent avec son frère… Au delà des mythes fondateurs, qui ont donné à Takachiho sa réputation de « power spot« , une atmosphère unique y réside, qui n’est pas une légende ! 

En venant de la préfecture d’Oita, de Beppu par exemple, ou bien de celle de Kumamoto, juste après avoir salué le mont Aso, les gorges de Takachiho sont assez rapides à atteindre – en voiture – car elles sont situées à la limite nord-ouest de la préfecture de Miyazaki. Une très belle balade à la découverte du cœur du Kyushu, la quatrième île du Japon au sud-ouest de l’archipel.

Les gorges de Takachiho, qui sont classées comme l’un des 100 paysages de l’ère Heisei, sont un lieu très connu des Japonais, au cœur de la mythologie nationale et l’un des plus importants « power spots » du pays. Parmi ces sites énergétiques, se croisent notamment d’autres lieux que nous avons visités – ou que nous visiterons bientôt – comme Ise Jingu, Izumo Taisha, le mont Aso, la forêt de Yakushima, le mont Fuji ou encore le lac Biwa !

Tous ces endroits sont censés être chargés en énergies positives, et beaucoup de visiteurs s’y pressent pour attirer la bonne fortune, la chance, espérer une guérison, ou bien seulement car l’atmosphère y est relaxante. Mais que l’on ressente ou que l’on croie ou non aux effets des gorges Takachiho comme power spot, la poésie du lieu, de par sa nature et ses légendes, suffit largement à justifier la balade.

Plusieurs points d’intérêts sont à découvrir à Takachiho. Pour notre part, nous nous sommes concentrés sur trois lieux, les gorges et le sanctuaire de Takachiho, et la zone du sanctuaire Amanoiwato. Les deux premiers sont voisins, à proximité immédiate du centre de Takachiho et de la gare routière, mais le troisième est un peu plus éloigné – ce qui rend pratique la location de voiture pour explorer le secteur, mais des bus sont également disponibles (voir Comment s’y rendre ? plus bas).

Les gorges de Takachiho

Au niveau des gorges, une promenade à pied de 1 km permet de longer la rivière Gokase et d’apprécier la faille torturée – et aux formes étonnement géométriques – qui forme les gorges de Takachiho. Pour l’apprécier d’encore plus près ou mieux ressentir l’énergie environnante, il est possible de ramer jusqu’aux chutes d’eau (location de barque – 2000 yen la demi-heure – trois personnes maximum par barque). Ce qui permet de naviguer dans la lumière irisée s’engouffrant dans les gorges et traversant la cascade Minai, haute de 17 mètres. Une lumière qui sublime aussi les couleurs d’automne par beau temps.

Takachiho

Takachiho

Takachiho

Takachiho Takachiho
Takachiho Takachiho

Takachiho

Takachiho

Takachiho

Takachiho

Takachiho

Takachiho Takachiho
Takachiho
Un tout petit autel vers les gorges.

Takachiho

Classées à la fois Monument naturel et Trésor national du Japon en 1934, les gorges de Takachiho sont le résultat d’anciennes éruptions du mont Aso et de ses coulées rapides de lave qui ont successivement envahi la vallée de la rivière Gokase. Phénomène qui a donné ces formations rocheuses en colonnes, si particulières. Les gorges sont la vue la plus célèbres de la zone de Takachiho, mais sont loin d’être son seul point d’intérêt !

La zone du sanctuaire d’Amanoiwato

La légende de Takachiho fait partie de la mythologie shintoïste, et raconte un épisode antérieur à l’arrivée des hommes sur l’archipel japonais. Quand la déesse du soleil et de la lumière, Amaterasu, terriblement offensée par les plaisanteries violentes de son frère, Susano-o, partit se cacher dans l’une des grottes du secteur. En barricadant l’entrée à l’aide d’un grand rocher, elle priva malgré elle le ciel et la terre de toute forme de lumière. Inquiets et plongés dans le noir, les autres dieux du panthéon shinto se rassemblèrent pour la retrouver.

L’histoire se poursuit autour du sanctuaire Amanoiwato, qui domine aujourd’hui la rivière Iwato. Il faut descendre jusqu’à sa rive pour rallier Amanoyasukawara, la grotte qui a accueilli le conciliabule des divinités shinto, venant de localiser Amaterasu et désormais en pleine réflexion sur la stratégie à adopter pour la faire sortir de sa grotte. Cette deuxième grotte, beaucoup trop sacrée, n’est pas visitable, mais on peut deviner l’endroit où elle se situe depuis la partie est du sanctuaire – elle même visitable en étant accompagné d’un prêtre shinto.

Takachiho
L’allée principale du sanctuaire Amanoiwato.

Takachiho

Takachiho

Takachiho

Takachiho Takachiho
Takachiho Takachiho

Takachiho

Takachiho
Amanoyasukawara, la grotte du conciliabule des dieux, vue depuis la rivière.
Takachiho
Des cars de visiteurs en groupe avec file d’attente pour se recueillir.

Takachiho

Takachiho

Takachiho
Et parfois des moments de calme dans la grotte.

Takachiho

Takachiho

Takachiho

Takachiho

Takachiho

Après de nombreuses tentatives infructueuses pour attirer la déesse de la lumière hors de sa cachette, les autres dieux devront ruser pour la faire sortir, en employant les deux leviers du rire et de la curiosité…

Yokagura au sanctuaire Takachiho

Le dernier épisode de la légende de Takachiho se découvre au sanctuaire du même nom, de retour aux gorges, pendant la représentation quotidienne de théâtre Yokagura (tous les soirs de 20h à 21h – 700 yen). Quatre danses sont alors présentées, ce qui représente une version raccourcie du Takachiho Yokagura traditionnel et de ses 33 séquences. L’ensemble est une tradition passionnante de récit oral, qui a permis la transmission de la légende. La version raccourcie permet de reprendre l’histoire de Amaterasu cachée dans la grotte. Mais le sanctuaire est aussi très appréciable en journée, au milieu des arbres et de notamment deux vieux cèdres, aujourd’hui sacrés, dont les racines se sont entremêlées.

Et la légende se termine ainsi : intriguée par les cris joyeux et les rires des dieux découvrant la danse entamée par Amenouzume, Amaterasu déplace légèrement le rocher qui l’enferme pour jeter un coup d’œil. Tajikarao, une divinité de la force, profite de l’intervalle pour se saisir de la pierre et ouvrir la grotte. Rattrapée et rassurée, la déesse finira par quitter sa cachette pour de bon, et la lumière reviendra sur le monde. Amaterasu obtint dans le même temps le droit pour ses descendants à la souveraineté sur le futur Japon.

Dans les croyances shintoïstes, Amaterasu est tout simplement l’ancêtre de la famille impériale japonaise. Le tout premier empereur du Japon, Jimmu, étant son petit-fils.

Takachiho

Takachiho
La danse de Amenouzume.

Takachiho

Takachiho

Takachiho

Takachiho
Takachiho

Takachiho
Amaterasu, la déesse du soleil, créatrice de l’Archipel et ancêtre de la lignée impériale, selon les croyances shintoïstes.

Takachiho

Comment s’y rendre ?

Pour se rendre aux gorges de Takachiho et apprécier les environs, le meilleur moyen restera de louer une voiture.

Mais il est tout de même possible de rallier le centre ville en bus. La gare routière de Takachiho (« Takachiho Bus Center ») est reliée à Kumamoto en bus direct (3h de trajet et 2160 yen depuis l’aéroport ou 2370 depuis la gare – 2 bus par jour) et à la gare de Nobeoka (1h30 de trajet – 1790 yen) dans la préfecture de Miyazaki. Kumamoto sera la solution la plus pratique pour la majorité des visiteurs et l’étape la plus facile depuis Tokyo, mais Nobeoka est à envisager pour les voyageurs venant du sud de Kyushu – les deux villes étant reliées au réseau JR.

Il est aussi possible de prendre un bus express direct (Gokase-go) depuis la station de Hakata mais seulement sur réservation (durée : 3h30, 4020 yen l’aller).

Une fois sur place, un bus touristique permet de rallier tous les points d’intérêt du secteur (600 yen le pass un jour) au départ de la gare routière de Takachiho, mais il ne circule que quatre fois par jour. Le réseau de bus locaux est beaucoup plus complexe et moins régulier.

En marchant, le sanctuaire de Takachiho est à environ 15 minutes de la gare routière de Takachiho. Il faudra ensuite rajouter 15-25 minutes supplémentaires, toujours en marchant, pour atteindre les gorges.

Takachiho
Le panorama le long de la route entre les gorges et le sanctuaire d’Amanoiwato, une scène parfaite pour les mythes.

Une pensée sur “[Heisei#81] La colère d’Amaterasu aux gorges de Takachiho

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *