[Heisei#89] L’austérité shinto des sanctuaires d’Ise

Ise Jingu - Geku

Dans la péninsule du Kii, au sud du Kansai, les sites sacrés se suivent mais ne se ressemblent pas. La préfecture de Mie abrite ainsi Ise Jingu, un ensemble de sanctuaires considérés comme les plus sacrés du shintoïsme, la religion nationale japonaise. Deux principaux sont en général visités, Geku et Naiku, dont l’ambiance austère et sérieuse, au cœur de forêts anciennes, tranche avec la gaieté colorée plus souvent associée au shinto. Ise Jingu est l’un des 100 paysages de l’ère Heisei.

Pas facile, de bien appréhender Ise. Nous y étions passés il y a deux ans, au tout début de notre première fois au Japon, et n’avions pas compris grand chose. Le décalage entre la révérence japonaise quant à ses sites sacrés, les descriptions grandioses des guides, et une réalité très austère dans l’humidité de la saison des pluies, nous avait un peu laissé de marbre.

D’autant que, et nous ne l’avons réalisé que deux ans plus tard, quand nous pensions avoir visité le sanctuaire d’Amaterasu, la grande déesse de la lumière, nous n’avions en fait découvert que Geku, un sanctuaire extérieur dédié à une autre divinité du panthéon shintoïste, Toyouke. Mais il faut dire que celui-ci est bien plus proche de la gare d’Ise.

Ise Jingu se compose en réalité d’un ensemble de 125 sanctuaires, dont les deux principaux sont Geku et Naiku, le « sanctuaire extérieur » et le « sanctuaire intérieur ». Le deuxième, le plus important, est à quatre kilomètres du centre d’Ise et n’est accessible qu’en bus ou en voiture, ce qui n’empêche pas six millions de pèlerins et de touristes de s’y rendre annuellement.

Ise Jingu

Ise Jingu - Naiku
Kaguraden, sur le site du Naiku.

Naiku, le sanctuaire d’Amaterasu

Aucun doute après l’avoir visité, Naiku est le sanctuaire le plus important d’Ise, qui se découvre après Oharaimachi, l’approche commerçante et bondée de près d’un kilomètre. Naiku est en fait le sanctuaire considéré comme le plus sacré du Japon, dédié à la déesse solaire Amaterasu (prononcez « à ma terrasse »), et serait l’héritier de près de 2000 ans d’histoire.

Mais cette sacralité ne s’exprime pas dans une débauche de couleurs ou de richesses, ni dans une architecture outrageante. Naiku, anciennement connu sous le Kotai-jingu, possède plusieurs bâtiments éparpillés sur un vaste ensemble sacré, parcouru de larges chemins de gravier gris et peuplé d’innombrables d’arbres multiséculaires.

Ise Jingu

Au cœur de cette nature puissante et ancienne, qui tranche avec l’élégance raffiné des visiteurs japonais qui viennent s’y recueillir,  les bâtiments du sanctuaire sont d’un style simple et nu, shinmei-zukuri. Un style architectural purement japonais, qui date d’avant les influences d’Asie continentale – un peu comme à Izumo-Taisha. L’ensemble est déconstruit et reconstruit tous les vingt ans – prochaine rénovation en 2033.

Ise Jingu - Naiku

Ise Jingu

Ise Jingu - Naiku
Le pont Ujibashi qui permet la traversée du fleuve Izusugawa.
Ise Jingu - Naiku
Mitarashi, le site dédié aux ablutions, avec l’eau sacrée d’Izusugawa.

Ise Jingu - Naiku

Ise Jingu - Naiku

La visite commence par le pont d’Uji, qui permet de traverser la rivière sacrée Isuzugawa. La marche dans la forêt longe ensuite le Kaguraden, où sont vendus les charmes et amulettes, avant de rejoindre le sanctuaire principal. Celui-ci se découvre de loin uniquement, derrière une clôture et dans une zone où les photos sont interdites.

Ise Jingu

Deux sanctuaires annexes peuvent, eux, être photographiés, Kazahinominomiya, de l’autre côté d’un beau pont de bois et dédié à deux kami du vent, et Aramatsurinomiya, dédié à Amaterasu. De nombreux cèdres impressionnants sont aussi à découvrir, ainsi que des lieux énergétiques où de nombreux visiteurs s’attardent. Ne pas hésiter non plus à les imiter en se plaquant aux arbres.

Ise Jingu - Naiku

Ise Jingu - Naiku
Mishine-no-mikura, sanctuaire annexe à l’intérieur du Naiku, sert à conserver le riz des offrandes sacrées.

Ise Jingu - Naiku

Ise Jingu

Ise Jingu
Kazahinominomiya, où sont vénérées deux divinités du vent.

Ce sanctuaire majeur d’Ise Jingu est aussi célèbre comme le lieu abritant l’un des trois insignes impériaux, le miroir sacré Yata no Kagami, donné au légendaire empereur Jinmu par la déesse Amaterasu elle-même.

Ise Jingu - Naiku
Les carpes, en sortant du sanctuaire.
Ise Jingu
La longue approche Oharaimachi, pour rallier le sanctuaire, est une rue commerçante animée.

Ise Jingu

Ise Jingu

Geku, le sanctuaire de Toyouke Omikami

Mais l’ordre classique pour visiter Ise Jingu est de commencer d’abord par le sanctuaire extérieur, celui qui est accessible depuis la gare d’Ise et que nous avions visité il y a deux ans et demi.

Geku, anciennement connu comme Toyouke Daijingu, aurait été établi il y a 1500 ans pour vénérer Toyouke Omikami, divinité shinto de la nourriture, du foyer et des vêtements, qui s’occupent de veiller sur sa voisine Amaterasu. Il est dans le même style épuré que Naiku, et est lui aussi reconstruit tous les vingt ans.

Ise Jingu
L’entrée du sanctuaire principal de Geku : toute photographie est interdite une fois entré.

Ise Jingu - Geku

Ise Jingu

Ise Jingu - Geku

Ise Jingu

Le sanctuaire principal suit la même logique, observable seulement depuis une clôture et où les photos sont interdites. Et l’enceinte, moins vaste, de Geku, abrite aussi d’autres bâtiments. Ce sont Tsuchinomiya, dédié à la divinité de la terre, Takanomiya, dédié à l’esprit de Toyouke, et Kazenomiya, dédié à l’esprit du vent.

Ise Jingu - Geku

Ise Jingu

Ise Jingu - Geku
Kazenomiya.
Ise Jingu - Geku
Tsuchinomiya.

Ise Jingu

Ise Jingu

D’autres lieux à découvrir à Ise Jingu

Pour changer de l’austérité de Naiku et Geku, nous avons profité d’être dans le secteur pour aller visiter Meoto Iwa, deux rochers mariés de la côte du Pacifique. Séparés à marée haute, ils sont reliés par une corde shimenawa, un équivalent naturel d’un torii.

Meoto-Iwa

Ise Jingu - Meoto Iwa

Ise Jingu - Meoto Iwa

Sur la côte en face des rochers se trouve le sanctuaire Futami-Okitama, qui abrite de nombreuses grenouilles, possédant le pouvoir de ramener les disparus et les objets perdus !

Meoto-Iwa

Ise Jingu - Meoto Iwa

Meoto-Iwa

 

Comment s’y rendre ?

La ville d’Ise est à rallier depuis Nagoya. Deux options sont possibles, soit avec les trains JR (1h30, 2000 yen, accessible avec le JR Pass avec un supplément de 510 yen), soit avec les trains Kintetsu (80 min ou 1h,  2770 ou 1450 yen selon le type de train,  tokkyu ou kyuko).

Geku est à 5-10 minutes de marche de la gare d’Ise, et Naiku se situe à quatre kilomètres de là. La meilleure option pour l’atteindre, hors voiture de location, restera le bus touristique CAN bus. Celui-ci circule entre toutes les attractions du secteur. Pass journée « Michikusa Pass » à 1000 yen, également valable dans les bus locaux des alentours.

Une pensée sur “[Heisei#89] L’austérité shinto des sanctuaires d’Ise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *