Biei

Un recoin du grand et sauvage Hokkaido, à la fois l’île et la préfecture la plus au nord du Japon, cache un paysage pastoral inattendu fait d’un patchwork de champs étalés sur des collines régulières. Sans rizières, la zone de Biei n’est pas sans évoquer un panorama plus européen de petites fermes et de cultures légumières et céréalières, que les Japonais se pressent chaque été de découvrir. Deux lieux, entre autres, participent à la célébrité de ce nouveau paysage de l’ère Heisei, les collines fleuries du parc Shikisai-no-oka et le mystérieux étang bleu Shirogane.

Ce n’est pas le premier des 100 paysages japonais de l’ère Heisei – la liste que nous suivons cette année – qui est célèbre justement parce qu’il n’évoque pas forcément le Japon ! Après l’île de Naoshima sur la mer intérieure de Seto, qui nous rappelait sincèrement un paysage méditerranéen, la région de Biei est elle-aussi une parenthèse quasi-européenne.

La réalité japonaise se rappelle surtout dans les détails, depuis les poteaux qui délimitent les routes en hiver et rappellent la rigueur du climat, jusqu’aux combini et sans oublier qu’ici, la conduite se fait à gauche. Mais sinon, les champs ocre et les bottes de pailles sont bien une vue inhabituelle du Japon.

Biei Biei

Biei

Du coup, d’un point de vue européen et passé l’étonnement de découvrir un tel paysage au milieu de la rigueur sauvage d’Hokkaido, les collines de Biei ne sont pas forcément un paysage japonais qui dépayse. Mais ce serait sans compter sur deux points d’intérêt du secteur, qui justifie totalement l’aventure !

D’abord, ce sont les 15 hectares de Shikisai-no-oka, un jardin floral à flanc de collines qui a eu l’idée lumineuse de cultiver ses différentes fleurs (une trentaine de variétés !) en bandes serrées. Le résultat est bluffant et explique pourquoi le parking est à ce point bondé – l’alignement de cars colorés répondant à sa façon aux arcs-en-ciel floraux.

Biei

Biei Biei
Biei Biei

Biei

L’entrée du jardin est gratuite, mais il est recommandé de faire un don de 200 yen par visiteur, pour aider à l’entretien du parc et des fleurs. L’ambiance de Shikisai aux beaux jours est unique avec ses allées où se rencontrent les voiturettes de golf (1500 yen les 15 minutes de location), les tracteurs rouges ou verts tirant des remorques de touristes, et les nombreux promeneurs.

Biei

Biei Biei

Biei

Biei

Biei Biei

Le jardin s’apprécie de fin avril à fin octobre, avec des floraisons successives. Et il n’est pas sans nous rappeler, également à Hokkaido, les pelouses roses de Takinoue. En hiver, Shikisai-no-oka est également ouvert, et propose aux visiteurs de s’essayer à la motoneige.

Au sud de la zone de Biei se trouve l’autre point d’intérêt incontournable. La bien nommée Aoi Eki (littéralement « étang bleu »), une étendue d’eau bleue-verte créée sans le vouloir en 1988, après l’éruption du Mont Tokachi voisin. Pour préserver la ville de Biei des coulées de boues volcaniques, un barrage a alors été construit sur la rivière Biei. L’étang bleu est l’une des retenues d’eau qui s’est alors formée.

Biei

Biei

Biei

Biei Biei

Biei

La couleur unique de l’étang s’explique par tout un ensemble de raisons : son eau est un mélange issu des nappes phréatiques voisines, des sources chaudes volcaniques de Shirogane et de traces d’aluminium récupéré au niveau de la chute de Shirahige.

Mais ce qui participe bien à l’ambiance unique, ce sont les troncs blancs des bouleaux et des mélèzes du Japon, morts après l’inondation de la zone.

Biei

Biei

Comment s’y rendre ?

Biei est située à mi-chemin des villes d’Asahikawa (la deuxième plus grande ville d’Hokkaido) et de Furano, et est à environ 30-40 minutes de chacune. Environ un train par heure rallie la gare depuis ces deux villes. La zone de Biei s’explore bien à vélo, et de nombreux loueurs proposent leurs services dans le centre (y compris pour louer des vélos électriques, ce qui peut être envisageable vu le côté vallonné des collines – 200 yen/heure pour les vélos normaux ou 600 pour les électriques).

Pour se rapprocher de la zone, l’aéroport d’Asahikawa est le plus pratique mais pas toujours le plus économique (à partir de 17000 yen aller simple depuis Tokyo Haneda). Le trajet en train implique de faire trois changements, à Shin-Hakodate-Hokuto, Sapporo puis Takikawa, et représente un voyage de 10 heures (29000 yen en tout), intégralement couvert par le JR Pass.

BieiBieiBieiBieiBiei

Laisser un commentaire