Hotokegaura - Nippon100

Tout au nord de Honshu, deux kilomètres de formations rocheuses à couper le souffle font face au détroit de Tsugaru, sur la côte ouest de la péninsule de Shimokita. Les falaises de Hotokegaura constituent un décor de cinéma inédit dans cette partie encore très sauvage du Japon.

Le temps est humide et le ciel chargé sur la péninsule de Shimokita, ce bout de terre en forme de hachette qui prolonge l’île de Honshu au nord et constitue l’extrémité de la préfecture d’Aomori. Non loin d’un parking, un vieux panneau avec ours impressionnant marque l’entrée d’un chemin qui s’enfonce dans les bois et descend au niveau de la mer.

panneau ours - Hotokegaura

Après plusieurs séries de marches, empruntées sans mauvaise rencontre, c’est un décor lunaire et bleuté qui nous accueille. Le ciel nuageux et l’eau turquoise forment un superbe cadre pour de drôles de formations claires. Les falaises de Hotokegaura, point d’orgue de cette côte escarpée proche du village de Sai (佐井村).

Hotokegaura - Nippon100

On vous a parlé de notre immense coup de coeur pour le Tohoku ? Celui-ci transparaît dans différents articles écrits dans le cadre du projet Nippon100 et la description des 100 paysages de l’ère Heisei, du côté du mont Zao, de Kakunodate, de la rivière Oirase, ou encore d’Ouchi-Juku. Deux ans après notre découverte de cette partie sauvage du Japon, en 2017 – un laps de temps qui nous a été nécessaire pour finir de rallier les lieux, rentrer en France et écrire le livre qui les raconte (ainsi qu’un deuxième qui sortira en septembre 2019) – il nous reste pas mal de choses à vous dire de ce coin fascinant de l’archipel !

Durant notre deuxième passage dans la région, en été, nous nous sommes beaucoup attardés dans la préfecture d’Aomori. L’une de nos plus grandes surprises fut sans conteste la découverte de cette péninsule de Shimokita, dont les falaises de Hotokegaura sont l’un des joyaux méconnus (parmi d’autres, à venir bientôt sur le blog !)

Hotokegaura - Nippon100
Hotokegaura - Nippon100
Hotokegaura - Nippon100
Hotokegaura - Nippon100

Créées par l’activité volcanique il y 20 millions d’années, ces formations de tuf ont été aiguisées au fil des époques par l’érosion du vent et des fortes vagues du littoral. Repérées tardivement comme paysage d’intérêt touristique, elles étaient intégrées dès 1934 dans la liste du patrimoine naturel de la préfecture d’Aomori, puis furent reconnues Monument naturel national sept ans plus tard.

Étant donné le côté escarpé du terrain, la plupart des visiteurs les découvrent en naviguant, à bord de ferries qui partent du village de Sai, plus au nord. L’occasion d’en apprendre plus sur ce paysage atypique auquel différents noms ont été donnés, dont de nombreuses références bouddhistes.

Un petit autel avec une statue de jizo est présent sous une cavité, ainsi qu’un petit pavillon à l’arrivée sur la plage.

Hotokegaura - Nippon100
Hotokegaura - Nippon100
Hotokegaura - Nippon100
Hotokegaura - Nippon100
Hotokegaura - Nippon100
Hotokegaura - Nippon100

Comment s’y rendre ?

Les falaises de Hotokegaura se trouvent à une 1h15 de voiture de Mutsu, la plus grande ville de la péninsule de Shimokita, et à une petite quarantaine de minutes du village de Sai, dont elles dépendent. La voiture est nécessaire. Depuis le parking, il faut y accéder en descendant un chemin entrecoupé d’escaliers.

Plusieurs excursions en bateau d’environ une demi-heure sont organisées toute l’année (sauf en cas de mauvais temps) au départ de Sai, du côté du centre culturel Arusasu, 1250 yens, pour longer cette côte escarpée et s’y arrêter le temps d’une courte halte.

Péninsule de Shimokita - Nippon100

One Comment

  1. Merci beaucoup pour cette superbe découverte ! N’ayant pas le permis je doute de pouvoir voir ça en vrai un jour, mais j’en ai pris plein les yeux grâce aux magnifiques photos 😊

Laisser un commentaire