[Heisei#84] Débauche de sons et de lumières au Chichibu Yomatsuri

Chichibu Night Festival

Le Chichibu Yomatsuri, qui a lieu dans la ville du même nom, Chichibu, dans la préfecture de Saitama, est une véritable aventure. L’un des trois plus importants festivals de chars, parmi les matsuri les plus réputés du Japon, il est aussi un festival qui se mérite. Patience et organisation sont nécessaires pour espérer voir un bout de ce spectacle vieux de 300 ans, dans un quartier rempli de visiteurs et de stands de nourriture. Mais le festival traditionnel, tout en musique et en lumières, que réserve le Chichibu Yomatsuri, tant il est exubérant et unique vaut définitivement la peine d’être vécu !

Une véritable épreuve de force que ce Chichibu Yomatsuri ! Des forces déployées à tous les niveaux, tous les 2 et 3 décembre – que ce soient celles des danseurs et des musiciens, sur les chars ou à côté, qui passent la journée et la soirée dans le froid piquant venu des montagnes de Saitama ; celles de toutes les mains qui s’activent dans les sanctuaires ou à l’arrière des centaines de stands de nourriture ; celles des artificiers et des employés du train qui décrochent les caténaires quelques secondes après le passage du train de 8h pour les raccrocher au milieu de la nuit… Et surtout, surtout, ce sont les forces des volontaires de chaque quartier, qui tirent en procession les autels portatifs de plusieurs tonnes, y compris dans le raidillon qui mène à la place de l’hôtel de ville.

À notre échelle aussi, le festival nocturne était un déploiement de force sans précédent. Pour pouvoir décrire ce nouveau paysage des 100 paysages de l’ère Heisei, c’est à grand renfort de chaufferettes japonaises, les fameux kairo, de couches multiples de vêtements techniques, de boissons chaudes et énergisantes, que nous avons pris le train depuis Tokyo (voir plus bas le Comment s’y rendre ?) pour atteindre les contreforts montagneux de Chichibu.

Dans la liste que nous suivons, le Chichibu Yomatsuri était le deuxième et dernier festival se déployant principalement à la nuit tombée. Mais le Nebuta matsuri d’Aomori, également très fréquenté, a lieu au début du mois d’août quand les soirées sont beaucoup plus douces… Le festival de Chichibu s’est aussi révélé être plus difficile à appréhender, avec ses deux jours de festivités où s’invitent des représentations de théâtre kabuki sur scènes amovibles, des chars géants, plusieurs heures de feux d’artifice – sans oublier les aficionados de tuning. Un joyeux mélange, complexe, exubérant, et alcoolisé pour se réchauffer.

Chichibu Yomatsuri
Temps de pause mérité. Il faudra tirer un autel portatif de plusieurs tonnes dans la soirée.

Chichibu Yomatsuri

Chichibu Yomatsuri
En sortant de la gare JR, l’un des chars du festival !

Chichibu Yomatsuri

Chichibu Yomatsuri
Des cordes qui seront bientôt utilisées pour mettre en mouvement les chars.
Chichibu Yomatsuri
Espace tuning inattendu, en mariant passion automobile et celle des anime, les films et séries d’animation japonais.
Chichibu Night Festival - Chichibu Yomatsuri
Le Chichibu Matsuri Hall, un bon point de repère lorsqu’on est perdu !

 

Chichibu Yomatsuri
Un peu de monde au sanctuaire de Chichibu.
Chichibu Night Festival - Chichibu Yomatsuri
Toujours du côté du sanctuaire de Chichibu, beaucoup se pressent aussi pour aller saluer et nourrir les chevaux sacrés.

Le Chichibu Yomatsuri est un festival qui ne s’improvise pas si l’on ne veut pas rater ses temps forts. L’option la plus tranquille, qui permet d’approcher les autels portatifs de près, est de choisir de venir le premier jour, quand ils circulent moins et que les feux d’artifice ne durent qu’une heure. Mais ce premier jet fait l’impasse sur la montée finale du raidillon – unanimement décrite comme le point d’orgue du festival.

De notre côté, pour cette raison, nous avons donc fait le choix plus ardu de découvrir le Chichibu Yomatsuri au moment du deuxième et dernier jour. Un jour et une soirée bien plus intenses, plus fatigants, mais que nous ne regrettons pas tant l’ambiance était forte et inédite. Sans compter la vue de ces autels sur roues, de 10 à 20 tonnes chacun, gravissant la pente tirés à la force des bras, sous les cris d’encouragement « Ho-ryai » scandés par les festivaliers !

Chichibu Yomatsuri
Le fameux raidillon, juste après le passage du premier autel portatif.
Chichibu Yomatsuri
Puis juste avant l’effort, la foule se préparant à monter le char.

Chichibu Yomatsuri

Chichibu Night Festival - Chichibu Yomatsuri

Chichibu Yomatsuri
Celui-là est quasiment en haut ! Il ne manque que le son, la musique et les encouragements intenses.

Chichibu Night Festival - Chichibu Yomatsuri

Les moments phares du Chichibu Yomatsuri, ceux qui se déroulent le 3 décembre, ont lieu entre 19 h et 22 h. Ce sont trois heures de feux d’artifice et de musique – flûte et taiko, les percussions japonaises – qui accompagnent l’arrivée progressive des flottes sur la place de l’hôtel de ville, après le fameux raidillon. Mais avant cela, dès la fin de matinée, les chars sont dispersés dans la petite ville rurale qu’est Chichibu, à la population soudainement démultipliée. L’essentiel se passe approximativement entre la gare de Chichibu et celle de Seibu-Chichibu – avec l’un des autels portatifs accueillant les visiteurs d’un jour dès la sortie de la gare JR de Chichibu.

Mais si les temps forts ont lieu en soirée, quelques heures après le coucher du soleil (qui disparaît très tôt, vers 16h30 à cette saison au Japon), les meilleures places pour les observer sont occupées très longtemps en avance, dès la matinée pour les spots avec vue sur la montée. Et de nombreux espaces publics à proximité de la montée finale et sur la place principale sont aménagés en gradins, estrades, rangées de sièges, vendus longtemps en avance aux tour-opérateurs. La place de l’hôtel de ville elle-même est réservée aux chars et à ceux qui les animent après 17 h.

Chichibu Yomatsuri

Chichibu Yomatsuri
Certains sont installés plusieurs heures en avance.
Chichibu Yomatsuri
Kabuki sur scène amovible, avec les coulisses à l’arrière.

Chichibu Yomatsuri

Chichibu Yomatsuri

 

Durant l’après-midi, des pièces de théâtre kabuki sont jouées à plusieurs reprises, notamment dans la cour du sanctuaire de Chichibu, à même les autels portatifs qui disposent de scènes amovibles. L’affluence est également très forte, mais il est possible d’apercevoir quelque chose en suivant le mouvement continu des visiteurs du sanctuaire. Avant de se mettre en mouvement, les chars sont progressivement éclairés et mis en musique – ce qui constitue autant de petits événements au sein du Chichibu Yomatsuri. Il faut aussi déambuler dans les rues remplies de stands de nourriture pour faire des réserves avant la soirée !

Chichibu Night Festival - Chichibu Yomatsuri
Le jour est presque tombé, dans quelques heures les chars seront mis en mouvement.

Chichibu Yomatsuri

Chichibu Yomatsuri
Il est enfin 19 h. Avant d’attaquer la côte, les chars passent dans les rues animées de Chichibu.

Chichibu Yomatsuri

Chichibu Yomatsuri
Opération démontage des caténaires enclenchée !

Un conseil pour trouver une bonne place avant la soirée – quand il y en a encore au moment du coucher du soleil – repérer les japonais déjà bien installés avec petits sièges, couvertures et téléobjectifs. Et n’oubliez pas vêtements et boissons chaudes pour la longue attente dans la nuit de décembre.

Une option plus tranquille est aussi de se positionner dans des rues plus en arrière, celles où s’alignent les stands typiques des matsuri, en ayant repéré en avance le trajet de la procession. Il est plus facile d’y circuler, même au dernier moment. Mais la meilleure option reste, de notre avis, de se positionner immédiatement en aval du raidillon, juste avant la place, pour voir le spectacle des festivaliers en liesse tirer leurs autels. Le feu d’artifice occupe alors l’arrière-plan.

Au moment du bouquet final, peu avant 22h, quand les six chars sont sur la place, la tension retombe – de concert avec l’attention du service d’ordre – et de nombreux spectateurs s’invitent alors sur cette place pour profiter, au plus près, des chars encore déployés. Ne pas hésiter à les suivre, en faisant attention toutefois et en étant respectueux.

Chichibu Yomatsuri

Chichibu Night Festival - Chichibu Yomatsuri

Chichibu Night Festival - Chichibu Yomatsuri Chichibu Night Festival - Chichibu Yomatsuri
Chichibu Yomatsuri
Interview en plein cœur de l’action !

Chichibu Night Festival - Chichibu Yomatsuri

Chichibu Night Festival - Chichibu Yomatsuri

Chichibu Night Festival - Chichibu Yomatsuri

Chichibu Night Festival - Chichibu Yomatsuri

Chichibu Night Festival - Chichibu Yomatsuri

Chichibu Night Festival - Chichibu Yomatsuri

Chichibu Night Festival - Chichibu Yomatsuri

Chichibu Night Festival - Chichibu Yomatsuri

 

Comment s’y rendre ?

Ce qui rend le Chichibu Yomatsuri aussi populaire et couru, c’est aussi sa proximité avec Tokyo : il est possible de rentrer en ville avec le dernier train, immédiatement à la fin du festival (en essayant quand même de s’éclipser avant le bouquet final s’il y a un peu de retard). Quelque soit le sens, le trajet se fait facilement en train en 1h30 – 2h, pour un peu moins de 2000 yen, en fonction des lignes et du point de départ/retour.

Le plus simple reste de partir d’Ikebukuro, d’où s’élancent directement le Limited Express Red Arrow et la Seibu-Chichibu Line (à moins de 1000 yen le trajet direct !) jusqu’à la station de Seibu-Chichibu, qui se trouve à côté de la place de l’Hôtel de ville, au cœur du festival et à 15 min à pied de la gare principale de Chichibu.

En partant de la station Shinjuku ou de celle de Tokyo, il faut soit d’abord rejoindre Ikebukuro, soit rallier la gare de Kumagaya pour ensuite attraper la ligne Chichibu Tetsudo.

Chichibu Night Festival - Chichibu Yomatsuri
Le week-end du festival, il est fort probable que vous arriviez à Chichibu avec le train spécial aux couleurs du festival !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Assign a menu in the Left Menu options.