[Heisei#75] L’histoire ancienne du temple Horyu-ji de Nara

Horyu-ji Nara

Un tout petit peu en dehors de la ville de Nara, le temple Horyu-ji est une plongée dans l’histoire très ancienne de l’archipel japonais, à l’époque Asuka (538-710). Le moment de l’arrivée du bouddhisme, quand l’architecture et la sculpture nationales se précisent et créent leurs propres codes, en s’éloignant progressivement des influences indiennes et coréennes. Et le Horyu-ji, premier site du Japon classé au patrimoine mondial de l’humanité en 1993, et dont certains éléments sont parmi les plus anciennes constructions de bois du monde, est l’un des 100 paysages de l’ère Heisei.

Ce n’est peut-être pas le temple le plus ouvragé, coloré ou impressionnant au premier abord que le Japon – ou même simplement Nara – a à offrir. Pourtant, s’arrêter à cette première impression serait une terrible erreur, tant le Horyu-ji est antique, et permet une plongée dans l’histoire ancienne de l’archipel, à l’époque Asuka (538 – 710) donc il y a 1400 ans.

Et contrairement à de nombreux autres temples dans tout le pays, régulièrement reconstruits, le Horyu-ji possède encore des structures anciennes – datant d’abord de 607 mais reconstruite avant 700 après un incendie en 670 pour le Hondo. Ce qui n’en fait rien de moins que la plus ancienne construction en bois du monde, d’après la documentation officielle ! Et sa pagode à 5 niveaux n’est autre que la plus ancienne du genre au Japon.

Horyu-ji Nara

Horyu-ji Nara

Horyu-ji Nara

Horyu-ji Nara

De notre côté, nous l’avons découvert un jour de pluie (qui nous a obligé à y repasser), en même temps que les très nombreux groupes d’écoliers et de collégiens qui se bousculent quotidiennement pour visiter le temple historique, remontant à l’arrivée du bouddhisme dans l’archipel à l’initiative de l’empereur Yomei puis du prince Shotoku, au tout début du VIIe siècle.

Le temple Horyu-ji se découvre d’abord de loin, dans la nature de la verdoyante préfecture de Nara. La visite commence ensuite avec l’enceinte ouest, originelle, où se situe le kondo, le bâtiment principal et la pagode à cinq niveaux, encerclés dans une cour à la simplicité boisée. L’histoire des lieux, notamment l’incendie de 670 puis la reconstruction définitive avant 700, a pu être déterminée grâce à une inscription retrouvée derrière la tête de Yakushi Nyorai, l’une des statue du kondo.

Horyu-ji Nara

Horyu-ji Nara

Horyu-ji Nara

Horyu-ji Nara
Dans le pavillon ouest, avec la pagode à gauche, le kondo à droite et l’ancienne salle des études au fond.

Surtout, il faut aussi prendre le temps d’observer les nombreuses statues de ce kondo, qui illustrent l’évolution de la sculpture bouddhiste japonaise au cours des siècles, du VIIe au XIIIe environ. Avec le changement de physionomie et l’arrondissement progressif des visages, qui se « japonisent » et perdent leurs traits indiens et coréens. Les peintures murales, très célèbres, sont par contre une reproduction des années 1950 : les originales ayant brûlées pendant leur restauration en 1949.

Malheureusement, et comme c’est le cas pour les scènes en terre cuite du rez-de-chaussée de la pagode (qui datent elle de 711), les photos sont interdites.

Horyu-ji Nara

Horyu-ji Nara

Horyu-ji Nara Horyu-ji Nara

Horyu-ji Nara

Le billet d’entrée à 1500 yen permet également l’accès au trésor du temple, nouveau reflet de l’histoire ancienne du Japon et où se bousculent les trésors nationaux. S’y croisent le Yumechigai Kannon, transmutateur des rêves devant lequel de nombreux écoliers et adultes prennent le temps d’une prière silencieuse, ou le tabernacle de Dame Tachibana, décoré finement avec des ailes irisées de coléoptères tamamushi.

La visite se termine ensuite par l’enceinte est, construite au VIIIe siècle en mémoire du Prince Shotoku et à l’emplacement de son palais. Il abrite principalement le Yumedono, ou « pavillon des Songes », un bâtiment octogonal renfermant à nouveau de nombreuses statues de ce Japon d’il y a 1200 ans. Le principal objet de ferveur est une représentation de Kuse Kannon, empruntant ses traits au Prince Shotoku et datant de la période Asuka.

Horyu-ji Nara
Du côté de l’enceinte est, avec le Yumedono, ou « pavillon des Songes ».

Horyu-ji Nara

Comment s’y rendre ?


La gare de Horyu-ji est très facile d’accès, le long de la ligne JR Yamatoji entre Osaka et Nara (à environ 40 minutes de la première et 10mn de la seconde). Compter respectivement 460 ou 220 yen. Attention : côté Nara, il faut bien débuter son voyage à la gare JR, et non la gare Kintetsu.

Depuis la gare de Horyu-ji, le temple du même nom est à environ 25 minutes de marche. Mais ce dernier trajet peut aussi être réalisé avec le bus numéro 72. Départ tous les 20 minutes environ,  pour 190 yen le voyage jusqu’à l’arrêt Horyujimon-mae.

L’alternative à ce trajet en deux étapes, depuis le centre de Nara, est d’attraper directement le bus 97 à la gare Kintetsu ou à la gare JR. Un trajet d’environ une heure en tout, pour 760 yen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *