La préfecture de Shimane est plutôt connue pour être peu touristique, mais elle réserve son lot de surprises aux voyageurs. Autour de la ville d’Oda, les collines sont percées des galeries de l’ancienne mine d’argent et la côte abrite l’une des stations thermales les moins connues et les plus authentiques du Japon. Sans compter le plus grand sablier du monde et une mystérieuse « forêt cachée » ! Et à une petite heure de route se trouve Izumo Taisha, le sanctuaire le plus important du pays.

Yunotsu, l’ancien port devenu onsen

Les collines de la sauvage préfecture de Shimane s’étirent jusqu’à la mer du Japon, d’où les couchers de soleil sont mémorables. Laissant peu de place aux constructions humaines. Pourtant, là où l’on ne l’attend plus, surgit Yunotsu onsen. La petite station thermale occupe tout l’espace disponible entre plusieurs collines, des falaises et la mer.

Dans la rue principale, les cafés récents, les ryokan et les magasins anciens encadrent deux bains publics utilisant la même source. L’architecture est préservée. L’ancien bâtiment des bains Yakushiyu est un savant mélange d’inspiration européenne et de détails japonais, que les habitants ont élevé en symbole de leur ville. Mais celui-ci n’abrite plus d’eaux thermales : le rez-de-chaussé, où se trouvait l’accueil et les vestiaires de première et de seconde classe, a été reconverti en café. Il faut rejoindre le bâtiment adjacent, plus moderne, pour se baigner (tous les jours de 5h à 21h, 350 yens).

L’autre bain public de Yunotsu onsen est plus authentique. Surtout, il possède des bains réputés, même parmi les Japonais, pour être très chauds, (jusqu’à 46°C !). La façade de Motoyu (tous les jours de 5h30 à 20h20, 300 yens) arbore la statue d’un raton-laveur : une légende locale affirme que, il y a 1300 ans, un moine aurait découvert un de ces animaux blessé occupé à se rincer avec l’eau de la source thermale. Il en aurait déduit les vertus thérapeutiques de l’eau de Yunotsu, alors inexploitée.

Des représentations de Kagura, la danse théâtrale shintoïste très présente dans la préfecture de Shimane, sont assurées tous les samedis au sanctuaire Tatsuno-gozen Jinja de Yunotsu.

Avant d’être célèbre pour ses eaux, la ville était portuaire. Depuis son rivage était expédiée une partie de l’argent tiré des mines voisines de Iwami Ginzan…

La riche histoire des mines d’argent au Japon

Classée au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2007, l’ancienne mine d’argent d’Iwami Ginzan a longtemps été l’une des plus importantes du monde (avec un tiers de la production mondiale au XVIIe siècle !) et la plus grande du Japon. Elle était exploitée de 1526 à 1923. Les installations restantes, dont une galerie de 1715, se visitent (entrée 410 yens). Les collines d’Oda sont percées de près de 500 galeries.

L’argent de la mine, de très bonne qualité, était réputé dans toute l’Asie, et utilisé dans le commerce avec le Portugal et les Pays-Bas. À partir de la bataille de Sekigahara, en 1600, la mine passe sous le contrôle des Shogun Tokugawa. Pour s’éclairer dans les galeries, les mineurs utilisait un coquillage de la mer du Japon, rempli d’huile, devenu aujourd’hui le symbole de la ville d’Oda, et qui se retrouve dans les restaurants du bord du mer.

Rato-chan, la mascotte de la ville d’Oda, est un coquillage-lampe à huile !

Au nord de la zone de la mine, se trouve la très pittoresque ville d’Omori et ses nombreuses maisons historiques. Du temps de l’exploitation minière, la ville était le lieu de résidence des magistrats, des marchands et des artisans. La grande résidence de la famille Kumagai (entrée 300 yens, fermée le dernier mardi de chaque mois) permet de découvrir l’intérieur traditionnel d’une maison de notable.

Musée du sable, beluga et forêt cachée

La mine d’Iwami Ginzan et les onsen ne sont pas les seuls attraits d’Oda. Dans les environs de la ville côtière se trouve le plus grand sablier du monde, dans l’étonnant musée du sable d’Oda (entrée 700 yens). Le sable met une année entière à s’écouler de la partie supérieure à la partie inférieure. Et le 31 décembre, 108 habitants d’Oda – soit le nombre de fois que les moines bouddhistes font normalement retentir les cloches des temples ce jour-là, et le nombre de passions dans le boudhisme – joignent leurs forces pour retourner le sablier.

La ville voisine de Hamada, très célèbre au Japon pour le Kagura, abrite aussi un spectacle inattendu. L’aquarium Aquas (entrée 1540 yens, fermé les mardis), parmi près de 10000 créatures marines, est le lieu de résidence de Shiria, Anna et Nasucha, trois bélugas qui assurent plusieurs spectacles quotidiens. Depuis leur apparition dans une publicité Softbank, les trois animaux sont connus dans tout le Japon pour leur habilité à faire des ronds de bulle dans l’eau.

Retour dans les collines d’Oda, dont le sous-sol n’abrite pas que les anciennes galeries des mines d’argent. La forêt cachée de Sanbe-Azukihara, bien que très peu connue, vaut définitivement le détour. Sous le dôme du musée, au pied du mont Sambe, les restes d’une forêt préhistorique, emportée et conservée par la lave dans cette vallée il y a 4000 ans, sont figés. Le premier arbre – debout ! – avait été découvert en 1983, mais des fouilles plus approfondies n’ont été menées qu’à partir de 1998.

À l’emplacement exact où l’éruption les a figés, les cèdres japonais de la forêt enterrée se découvrent aujourd’hui à plus de 8 mètres sous terre.  Les arbres préhistoriques qui couvraient alors le Japon étaient bien plus hauts que leurs descendants, atteignant facilement les 50 mètres. Les troncs découverts à Sanbe-Azukihara sont parmi les plus grands jamais retrouvés dans l’archipel.

Comment s’y rendre ?

Le plus facile pour visiter les alentours d’Oda est de louer une voiture, bien que la JR Sanin Main Line permette de circuler le long de la côte entre les principaux sites et la ville d’Oda. Yunotsu Onsen est facilement accessible depuis la gare du même nom. Pour rallier la mine d’argent d’Iwami Ginzan, il faudra prendre un bus depuis le centre d’Oda. Seule la forêt cachée nécessite obligatoirement une voiture : elle n’est pas desservie par une ligne régulière.

Par contre, se rendre dans la région n’est pas compliqué : depuis l’aéroport voisin d’Izumo, le plus important de la préfecture de Shimane, ou même depuis Hiroshima, situé à 2 heures de routes. Les lignes de bus qui traversent Honshu pour atteindre la préfecture plus sauvage permettent d’envisager de découvrir ce Japon préservé comme un side-trip depuis Hiroshima.

Pour avoir plus d’informations sur tout ce qu’il y a à faire à Oda et à Shimane, le site de promotion touristique de la préfecture de Shimane, en anglais, est une mine d’or.

Retrouvez également plus de photos sur la page facebook de Nippon100 !

Oda - ShimaneOda - ShimaneOda - ShimaneOda - ShimaneOdaOda - ShimaneOda

Laisser un commentaire