[Heisei#78] Art et légende au Dazaifu Tenman-gu de Fukuoka

Dazaifu Tenman-gu

Près de 8 millions de visiteurs s’y bousculent chaque année ! Le sanctuaire Dazaifu Tenman-gu de Fukuoka est plutôt du genre populaire. En même temps, ce paysage de l’ère Heisei est le principal de la grande famille des Tenmangu – un réseau de plusieurs centaines de sanctuaires dans tout l’archipel dédiés à Michizane Sugawara. S’y croisent des foules d’écoliers et d’étudiants à l’approche des examens, en plus des pruniers, des installations artistiques et de nombreuses statues de bœufs. 

Nous ne nous y attendions pas, mais à chacun de nos passages au Dazaifu Tenman-gu, à deux semaines d’intervalle en novembre, il y avait vraiment foule. Tout le long de l’allée qui y mène, sur les trois ponts qui en sont la principale voie d’accès et dans l’enceinte du Honden, le cœur du sanctuaire. Malgré le froid qui s’installait, les cars de touristes chinois et coréens croisaient ceux des étudiants en excursion d’automne, et les parents endimanchés qui emmenaient leurs enfants de 3, 5 et 7 ans au sanctuaire pour Shichi-Go-San.

De quoi mesurer la popularité du lieu, tout proche de la ville de Fukuoka au nord du Kyushu. Un sanctuaire ouvert et moderne, riche d’une histoire de 11 siècles mais aussi résolument tourné vers l’art. Le Dazaifu Tenman-gu est en effet l’un des seuls que nous ayons visité qui finance des résidences d’artistes et propose des œuvres d’art contemporaines au milieu des bâtiments historiques.

Mais cela s’explique comme un héritage de Michizane Sugawara, érudit de l’époque Heian (794-1185), vénéré ici depuis 905 et depuis assimilé à Tenjin, le kami – les divinités shinto – de la connaissance et des arts. Le sanctuaire a donc fait le choix de financer l’art. Ce qui se traduit par le Dazaifu Tenman-gu Art Program, et des œuvres contemporaines créées et exposées sur place avant de rejoindre le trésor du sanctuaire.

Dazaifu Tenman-gu

Dazaifu Tenman-gu

Dazaifu Tenman-gu

Dazaifu Tenman-gu
Un pavillon shinto qui abrite une œuvre d’art.
Dazaifu Tenman-gu
L’énergie de l’aimant qui maintient ensemble tout le métal est invisible mais bien présente… un peu comme l’esprit de Michizane !
« Comme l’air que nous respirons » par l’artiste Ryan Gander.
Dazaifu Tenman-gu
En pleine cérémonie pour Shichi-go-san.

Dazaifu Tenman-gu

Pour bien comprendre le Dazaifu, il faut remonter à ses origines, et à cette figure toujours vénérée de Michizane Sugawara. L’homme est né en 845, dans une famille de lettrés de Kyoto, et occupe rapidement un rang élevé dans le gouvernement de l’époque. Mais un complot fomenté par le clan Fujiwara le contraint à l’exil au tout début du Xe siècle.

Michizane se réfugie alors dans le Kyushu, à Fukuoka, où il poursuit une vie difficile entièrement tournée vers l’étude, qui force l’admiration des habitants de la ville.

Deux événements surviennent immédiatement après sa mort, qui participent à sa légende et expliquent l’importance des sanctuaires Tenman-gu. Plusieurs bouleversements politiques surviennent rapidement, dans le même temps que des catastrophes naturelles – l’ensemble étant vite attribué à son esprit, soumis injustement à l’exil. Pour l’apaiser et l’honorer, des autels sont alors construits dans tout le pays, qui sont les premiers sanctuaires Tenman-gu.

Près de Fukuoka ensuite, le bœuf qui tirait le chariot transportant son corps s’est arrêté en chemin, sans jamais vouloir repartir. Les amis de Michizane ont pris cela pour un signe et l’ont enterré à l’emplacement indiqué par le bœuf, devenu aujourd’hui le centre du Honden, dans le Dazaifu Tenman-gu.

L’esprit de Michizane vénéré a rapidement été assimilé au kami Tenjin, la divinité shintoïste de la connaissance. Le bœuf est devenu l’un de ses symboles – onze sont présents en sculpture dans l’enceinte du Dazaifu – ainsi que le prunier, qui était son arbre favori.

Dazaifu Tenman-gu
Le Honken, avec le « prunier volant » à droite, l’arbre qui s’est déraciné de lui-même pour suivre Michizane dans son exil de Kyoto à Fukuoka.
Dazaifu Tenman-gu Dazaifu Tenman-gu

Dazaifu Tenman-gu

Dazaifu Tenman-gu

Dazaifu Tenman-gu

Dazaifu Tenman-gu
Flatter la tête des bœufs dans les sanctuaires Tenman-gu rend plus intelligent.
Dazaifu Tenman-gu Dazaifu Tenman-gu

Dazaifu Tenman-gu

Dazaifu Tenman-gu
Excursion scolaire d’automne au Dazaifu !

Dazaifu Tenman-gu

Les sanctuaires Tenman-gu, et en particulier le Dazaifu Tenman-gu sont très courus des étudiants en période d’examen – Michizane étant une divinité des études et de la connaissance.

Mais ce qui nous a aussi beaucoup marqué dans ce sanctuaire historique, ce sont les nombreux camphres qui parsèment le lieu. Des arbres anciens, qui se sont épanouis au fil des siècles pendant que le culte de Michizane évoluait, et qui donnent encore une autre profondeur au Dazaifu Tenman-gu.

Dazaifu Tenman-gu

Dazaifu Tenman-gu

Dazaifu Tenman-gu
Un autre beau camphre, celui-ci un peu isolé près des toilettes.
Dazaifu Tenman-gu
Romon, la grande porte de l’enceinte principale.

Dazaifu Tenman-gu

Dazaifu Tenman-gu

Dazaifu Tenman-gu

Comment s’y rendre ?


Le Dazaifu Tenman-gu est situé à une quinzaine de kilomètres au sud-est de Fukuoka, au nord du Kyushu. Le plus simple pour s’y rendre est d’utiliser un bus direct ou les lignes de train Nishitetsu. Dans le premier cas, un bus par heure connecte le Hakata Bus Center à la gare de Dazaifu. Compter 45 minutes de trajet et 600 yen. Le bus passe aussi par l’aéroport de Fukuoka : aller au temple depuis ce dernier coûte alors 500 yen et prend 30 minutes.

En train, le trajet est un peu plus court, entre 25 et 40 minutes, pour 400 yen. Il faut d’abord prendre la ligne Tenjin Omuta depuis la gare Nishitetsu Fukuoka, puis changer pour la ligne Dazaifu à la gare Nishitetsu Futsukaichi.

Une pensée sur “[Heisei#78] Art et légende au Dazaifu Tenman-gu de Fukuoka

  • 10 décembre 2017 à 17 h 03 min
    Permalink

    Just beautiful
    I will be in Japan next year’s

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *