Etang de Monet - Monet pond

Dans la préfecture de Gifu, un étang anonyme appelé logiquement Namonaki (« sans nom » en japonais) attire les foules sans discontinuer, au milieu des montagnes de la ville de Seki. La raison ? Des eaux claires provenant du mont Koga qui rappellent aux Japonais francophiles les peintures impressionnistes de Claude Monet. Et quelques dizaines de carpes majestueuses et colorées qui s’épanouissent tranquillement. Mais les visiteurs sont plus nombreux que les poissons…

Nous y étions en novembre 2015, grâce à notre ami Seigo. Natif de la préfecture de Gifu, il n’avait pas encore eu l’occasion de le visiter, mais brûlait d’impatience de le faire tant le lieu intriguait ses amis et sa famille et ce depuis qu’il a commencé à faire parler de lui, quelques mois plus tôt. Depuis, nous avons retrouvé celui que l’on surnomme « l’étang de Monet » (モネの池) et ses couleurs chatoyantes et claires dans plusieurs magazines japonais et sur les réseaux sociaux.

Mais il y a encore vingt ans, le modeste étang n’arborait pas encore ses couleurs vertes et bleues, ni même ses carpes colorées. Dans les années 1990, le propriétaire du Itadori Flower Park voisin décida un jour de nettoyer le plan d’eau alors recouvert de mauvaises herbes. Avec l’aide de volontaires, il  planta des nénuphars ; les carpes furent apportées au fur et à mesure par des locaux qui ne pouvaient plus s’en occuper. Le résultat, non voulu, est plutôt bluffant !

Etang de Monet - Monet pond

Etang de Monet - Monet pond

Etang de Monet - Monet pond


Etang de Monet - Monet pond

Le parking du petit sanctuaire Nemichi déborde. Pourtant, les Japonais qui viennent de loin, depuis Nagoya à deux heures de route, ou même d’au-delà, ne sont pas là seulement pour le modeste sanctuaire shinto. Certains montent bien la centaine de marches qui y mène, mais l’essentiel des visiteurs reste en contrebas.

Les visiteurs sont souvent incrédules et nombreux. Autour du beau rectangle d’eau claire de 20 mètres par 8, il est difficile de trouver une place pour plonger son regard dans les eaux calmes. Ceux qui sont arrivés encore plus tôt ont pris les meilleures places. Les trépieds sont déjà déployés et plusieurs téléobjectifs pointent déjà vers les flots.

L’étang de Monet telle une peinture

Le phénomène semble avoir commencé à l’été 2015 – et n’est pas retombé depuis – avec un nombre grandissant de photos de l’étang anonyme postées sur les réseaux sociaux japonais et surtout sur Instagram. Certains s’emballent : l’eau bleutée évoque immanquablement la série des « Nymphéas » de l’impressionniste Claude Monet ! Le bouche à oreille a ensuite fonctionné à plein.

Etang de Monet - Monet pond

Etang de Monet - Monet pond

Etang de Monet - Monet pond

Etang de Monet - Monet pond

Mais qu’y voit-on dans ces eaux claires ? Dans la jungle de nénuphars, de belles carpes – une passion nationale au Japon – nagent langoureusement. Toute la palette des écailles est représentée, du doré métallique au rouge et blanc classique, en passant par le noir grisé. A un peu moins d’un mètre de profondeur, le fond dévoile une gamme de couleur automnale, tapissé d’une épaisseur de feuilles d’érables japonais.

 

Les médias viennent aussi régulièrement pour des reportages aquatiques. Ses équipes de tournages s’ajoutant aux nombreux curieux. Dans la presse japonaise, via ses nombreux titres magazines, les carpes et les nénuphars de l’étang ont une double page quasi-hebdomadaire. Les visites de journalistes se succèdent.

Etang de Monet - Monet pond

Etang de Monet - Monet pond

Etang de Monet - Monet pond

Etang de Monet - Monet pond

L’eau pure de l’étang de Monet

« L’eau vient directement des montagnes, elle est incroyablement pure, justifie un promeneur âgé, qui vient pour la quatrième fois au pied du sanctuaire Nemichi. C’est pour cela qu’elle a ce ton bleuté ». Sur les réseaux sociaux, certains n’y croient toujours pas. « Ce n’est pas possible de croire que ces images ne sont pas des peintures… Mais il y a des vidéos : l’étang est donc réel ! »

Au printemps 2016, notre visite nous a servi pour proposer un article ici et ici. Puis, l’étang Monet a bénéficié d’une petite notoriété sur le web francophone en faisant l’objet d’une entrée sur Vivre le Japon  ou de quelques images vidéo réalisées par Ichiban Japan.

Des photos de l’étang sont ajoutées quotidiennement sur le site du Itadori Flower Park, par ici !

étang Monet

Etang de Monet - Monet pond
Le Itadori Flower Park.

 

Comment s’y rendre ?

La gare la plus proche de l’étang Monet est celle de Minoshi sur la ligne Nagaragawa (qui, comme son nom l’indique, circule le long de la belle rivière Nagara). Un petit train, principalement touristique et opéré par Nagaragawa Railway, qui est accessible en correspondance avec les lignes JR Takayama ou JR  Mino-Ota, à Mino-Ota. Mais la petite station de Mino-shi est encore à 25 kilomètres des eaux calmes de l’étang… Le plus simple est bien d’y aller en voiture depuis Gifu, en visant le sanctuaire Nemichi sur le GPS, ou en rentrant les coordonnées de l’étang : 35.651742, 136.821417.

Pour en voir plus :

Sur Instagram, le hashtag #モネの池 est toujours aussi populaire chez les Japonais !

Youtube regorge de films où les carpes s’épanouissent langoureusement : ici, ici ou !

Etang de Monet - GifuEtang de Monet - GifuEtang de Monet - GifuEtang de Monet - Gifuétang Monet

Laisser un commentaire