En partenariat avec Kanagawa prefecture tourism.

Pour encourager les visiteurs à découvrir ses destinations, la région de Kanagawa, aux portes de Tokyo, a lancé une campagne de promotion et un concours sur Instagram : “Enjoy Rugby, Sightseeing & Beer!”. Les voyageurs qui postent des photos de la région avec le bon hashtag (#trykanagawa2019) pourront gagner des coupons pour des consommations gratuites dans les établissements locaux.

À l’occasion du concours (tous les détails en fin d’article ou par ici ) que le bureau de promotion touristique nous propose de relayer, voici un point sur les principaux sites de la région.

1. Yokohama

Le port du futur, vu d’en haut.

Minatomirai, à Yokohama, est le “port du futur”, littéralement. Le secteur se découvre bien en soirée, quand le littoral se pare de lumières scintillantes. Nombreuses options pour dîner, tant japonaises qu’internationales ou chinoises (Chinatown, le plus grand du Japon, est à deux pas). Ne pas manquer la vue depuis la Landmark Tower ci-dessus. Son Sky Garden, au 69e étage, permet d’admirer les lueurs vespérales à 360°.

En journée et par beau temps, le mont Fuji apparaît au loin.

Entrepôts de brique rouge Yokohama
Photo © Kanagawa Tourism

Dans le même secteur de Minatomirai, le parc d’attraction Yokohama Cosmo World permet un temps de détente entre deux visites. Il possède des attractions accessibles à tous âges, dont une iconique grande roue qui se pare de mille couleurs à la nuit tombée.

Yokohama Minato Mirai 21

Minatomirai possède aussi plusieurs musées, notamment liés à l’histoire portuaire de la grande voisine de Tokyo. Comme le Mitsubishi Minatomirai Industrial Museum dédié aux innovations industrielles nippones (avec simulateur de vol immersif et expériences VR). Le trois mats stationné au pied de la Landmark Tower est également à visiter. Il s’agit de l’ancien navire école Nippon Maru, qui a jeté l’ancre en face du Yokohama Port Museum.

Yokohama Minato Mirai 21

Le quartier est aussi connu des japonais pour ses options en terme de shopping, dont deux grandes centres commerciaux : le Landmark Tower et le Queen’s Square Yokohama. Plusieurs boutiques également du côtés des anciens entrepôts de briques rouges et, plus loin, de la Motomachi Shopping Street.

Le nom de Yokohama est aussi connu pour le plus grand Chinatown du Japon (qui est l’un des plus grands du monde). Pour y pénétrer, il vous faudra passer de grandes portes ouvragées et colorées. Elles abritent près de 500 boutiques et restaurants permettant de goûter aux spécialités du puissant voisin.

Kamakura et Enoshima

Kamakura
Le symbole du secteur au printemps.

Un peu plus au sud, vous découvrirez Kamakura, parfois surnommé “la Kyoto de l’Est” vu son nombre de temples et sanctuaires.

Le Daibutsu (« Grand Bouddha ») du temple Kotoku-in est l’une des figures du secteur. Cette statue de 11,3 m de haut est inhabituelle car elle se trouve maintenant en plein air. La construction de ce Trésor National a commencé en 1252. Pour quelques dizaines de yens, il est également possible de s’aventurer dans la statue afin d’en observer la structure (nous vous le racontions ici).

En s’éloignant un peu du Kotoku-in, voici un autre temple, le Hasedera et sa statue de Kannon à onze têtes, déesse de la compassion. En visitant ces différents sites sacrés, vous aurez de superbes points de vue sur la baie de Sagami.

Tsurugaoka Hachimangu
Photo © Kanagawa Tourism

De l’autre côté de Kamakura, vous trouverez le sanctuaire Tsurugaoka Hachimangu, réputé pour être le plus important site shintoïste du secteur. Il est classé Bien culturel important. Aux alentours, plusieurs étangs et jardins permettent des promenades qui changent à travers les saisons.

Mais ces trois-là ne représentent qu’une petite portion des sites sacrés de la ville, ancienne capitale du Japon. Certains temples permettent par ailleurs de s’initier à la méditation Zazen.

Enoshima island - Kanagawa
Le mont Fuji est caché dans la brume…
Enoshima
… mais ici on voit le mieux (Photo © Kanagawa Tourism)

Le secteur de Kamakura, si l’on poursuit la visite vers le sud, est aussi celui du littoral pacifique. Voici Enoshima, une île que l’on ne s’attend pas à trouver si près de Tokyo. Elle abrite le jardin Samuel Cocking, et une immanquable tour de 60 mètres de haut qui domine le paysage. Côté grand large, les grottes d’Iwaya sont un site légendaire. L’île accueille aussi un site thermal (qui n’accepte pas les tatoués).

Récit de notre visite de l’ensemble, grotte incluse, par là.

Hakone – Odawara

Lac Ashi Hakone
Photo © Kanagawa Tourism

En poursuivant toujours le long de la côté, afin de suivre l’ancien Tokaido, c’est la silhouette du mont Fuji qui grandit. Passé Odawara puis le col de Hakone, voici le lac Ashi, à la limite sud de la préfecture de Kanagawa. Le secteur est celui du Hakone Free Pass, très pratique pour circuler alentour.

Hakone - lac Ashi

En empruntant le téléphérique, vous atteindrez la zone volcanique d’Owakudani, à 1044 m d’altiude. Le cratère est le résultat d’une explosion il y a environ 3000 ans, qui a donné au secteur son visage actuel. Attention : les téléphériques et le site peuvent être fermés si les émanations de gaz dépassent un certain seuil. La spécialité d’Owakudani est le black egg, un oeuf dur cuit dans de l’eau thermale, chargée en souffre, qui donne à sa coquille une couleur noire.

La tradition locale raconte que manger l’un de ces œufs augmente de sept ans l’espérance de vie (mais ce n’est a priori pas cumulable).

Hakone - Kanagawa

Selon le sens que vous suivez pour traverser le lac Ashi et si le temps est clair, vous découvrirez progressivement le flanc oriental du mont Fuji. La croisière se fait sur d’étonnants bateaux pirates reproduits, qui donnent une touche exotique à l’ensemble.

Le panorama “classique” inclue le torii rouge vermillon du sanctuaire de Hakone, dont les piliers plongent dans les eaux du lac. Le site se déploie dans la forêt voisine. Nous y étions il y a deux ans, fin 2017.

À distance de marche du site sacré, le checkpoint reconstruit (à l’identique) de Hakone Sekisho est un témoignage tangible de l’époque pas si lointaine à laquelle les voyages au Japon se faisaient à pied – jusqu’au début de l’ère Meiji (1868 – 1923).

Odawara château
Photo © Kanagawa Tourism

En redescendant vers Tokyo, vous croiserez le petit château d’Odawara, l’un des plus proches de la capitale. Ce site reconstruit abrite un musée présentant différentes pièces de l’histoire guerrière japonaise.

Détails de l’opération promotionnelle : jusqu’au 2 novembre 2019.
Réservé aux voyageurs étrangers

“Enjoy Rugby, Sightseeing & Beer in Kanagawa”

Pour participer, suivre le compte instagram @tokyo.daytrip_kanagawa.

Poster ensuite une photo prise dans les limites de la préfecture de Kanagawa, par exemple dans l’un des sites décrits ci-dessus, avec le hashtag #trykanagawa2019.

Plusieurs gagnants seront sélectionnés, qui remporteront un coupon pour une boisson gratuite dans un établissement de la région.

Plus d’informations (en anglais) : http://www.dhe.co.jp/trykanagawa2019

Laisser un commentaire